LE SENS DU VOYAGE

Voyager a sans doute été une des premières activités humaines. Le premier objectif était sans doute essentiellement la recherche de nourriture. Les hommes se déplaçaient en petits groupes d’une cinquantaine de personnes disent les archéologues. Et voici que ce groupe qui se déplace rencontre un autre groupe : moment crucial pour l’histoire du monde ! Fabuleuse découverte de s’apercevoir qu’un Autre existe !

Que faire de cet événement fondamental (comme le dit le philosophe Lévinas) de la rencontre avec l’Autre, avec l’étranger ?

– Se jeter dessus pour le tuer ?

– Etre totalement indifférent et passer son chemin ?

– Aller à sa rencontre et tenter de dialoguer  pour apprendre à se connaître ?

 Des milliers d’années après cette « première rencontre », ces différentes options existent encore aujourd’hui. Malheureusement, malgré les formidables progrès de la Science et de la Technique qui permettent aux hommes de percer le mystère des mondes, celui des infiniment petits comme celui des infiniment grands,  les guerres fleurissent sur tous les continents, les murs et les murailles se dressent un peu partout et les peuples ont tendance à se barricader par peur de l’Autre. Naissent alors des doctrines et des idéologies de haine, de mépris et de rejet de l’Autre qui mettent en danger la civilisation même.

Heureusement pour la survie de l’espèce humaine et la dignité de l’Homme, d’autres hommes retrouvent un « supplément d’âme » dont parlait le philosophe Bergson. Ils osent la rencontre, persuadés que l’Autre n’est pas un danger potentiel, mais, au contraire, qu’il représente une part d’eux-mêmes. Cette rencontre devient alors l’expérience humaine la plus importante qui ouvre les plus grands horizons.

A travers un voyage au Burkina Faso, c’est cette aventure que nous vous proposons de vivre. En allant à la rencontre de ces populations, en vivant parmi elles, à leur rythme, en respectant leurs traditions, c’est aussi à votre propre rencontre que vous irez.